Les dernières infos

MASHUP & VJING

mashupvjing

oeilQu’est ce que le mash-up?

Le mash-Up – plus connu sous le nom de VJing – est une pratique artistique qui consiste à utiliser plusieurs sources d’images  pour créer un objet multimédia. Il invite les participants à recycler, transformer, détourner, confronter et additionner différentes images : des images existantes – puisées, notamment, dans l’histoire du cinéma et de l’image animée – et des images créées à partir de différents outils – caméras numériques, téléphones portables, logiciels d’effets spéciaux et d’infographie.
Le mash-up connait deux modes d’expression : il peut donner lieu à la projection d’œuvres finies et à la représentation publique d’un spectacle multimédia où se rencontrent et s’entremêlent images et sons.

Le réalisateur Artavazd Pelechian est l’un des pionniers du mash-up – Les habitants. 1970.

The devil. Jean-Gabriel PERIOT. 2012.
A partir de plusieurs sources, le réalisateur propose une histoire de la révolution noire et des Black Panthers aux États-Unis pendant les années 60.

Pour découvrir les techniques du VJing et du Mash-up :
Émission Court-circuit (Arte) consacrée au mash-up et à ses artistes :
http://cinema.arte.tv/fr/article/special-mashup
Le Mashup Film Festival du Forum des Images :
http://www.mashupfilmfestival.fr/


oeil

Les enjeux d’un atelier mash-up.

En tant que forme artistique singulière, le mash-up permet aux Ateliers de la Rétine de développer des ateliers aux enjeux multiples.

Des enjeux artistiques et plastiques innovants – En tant que forme qui recycle des images existantes, l’atelier Mash-Up propose une exploration des mécanismes narratifs qui s’éloignent de la narration classique ou romanesque. Plus que « raconter une histoire », les participants sont invités à créer du sens par associations d’images. Qu’elles se complètent ou se confrontent, les images du mash-up  tendent vers une expression métaphorique ou symbolique qui libère l’expression personnelle du participant des obligations narratives. Si une forme littéraire peut se rapprocher du mash-up, c’est celle celle du poème : au même titre que lui, le mash-up privilégie une rhétorique très riche de l’image qui s’offre au participant comme un vaste champs d’exploration. Forme libre et moins figée que la fiction, le mash-up privilégie une expérimentation permanente nourrie de la sensibilité et de l’intuition des participants.

Un enjeu culturel – L’atelier Mash-Up propose une exploration de l’histoire des images et du cinéma. A partir d’un thème, les participants sont souvent invités à aller à la rencontre de formes et de codes qui ont nourri cette histoire.
Le mash-up est une pratique transversale qui mélange des sources et des support différents. Un atelier Mash-Up, c’est aussi l’occasion de rencontrer un artiste confirmé pour mettre en œuvre une création collective qui articule amateurs et professionnels. L’atelier mash-Up s’articule facilement avec la vie culturelle locale en proposant une représentation publique de son travail qui est très valorisante pour les participants.

Un enjeu d’éducation aux images – Par son approche singulière de la création audiovisuelle, l’atelier Mash-up permet d’aborder la notion essentielle de montage. Plus que d’assurer la narration, le montage du mash-up est dialectique : les associations d’images qu’il propose ont plus vocation à suggérer une idée ou à susciter une émotion. On y retrouve les techniques du montage des attractions utilisées et théorisées par les formalistes russes dans les années 1910-1920.
L’effet Koulechov  est l’un des principes fondateurs du mash-up : les émotions et impressions qui se dégagent de ce portrait pourtant unique sont ici déterminées par l’image qui le précède. Le sens naît dans l’association.

oeil

Les outils d’un atelier mash-up.

Si la production d’images fait appel à des outils connus – Caméra numérique, téléphone portable -, le mash-up propose ses propres outils, du plus simple pour s’initier au plus complexe pour créer. La combinaison de ces deux outils permet aux participants d’appréhender le mash-up en s’affranchissant de la technique.

La table mash-up – Les Ateliers de la Rétine utilisent cet outil pour initier les participants aux principes du mash-up. Intuitive et ludique, la table mash-up permet de s’affranchir facilement des contingences techniques. http://www.mashuptable.fr/

Le logiciel de VJing Resolume et son launch pad – Selon les envies du groupe, l’atelier Mash-up peut évoluer vers des outils plus complexes. Le logiciel Resolume est associé à un launch pad qui permet néanmoins de se défaire de la technique informatique et d’aborder le mash-up de façon plus intuitive et ludique.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


oeilProposition d’atelier

Pour accompagner la pratique du mash-up, Les Ateliers de la Rétine peuvent proposer différents ateliers. Ces propositions, non exhaustives, offrent un cadre qui motive l’expression des participants et invitent à la création d’œuvres collectives dont la valorisation peut prendre plusieurs formes.

vjing_quartzcomposer_zoo_geneva_2010Les Ateliers de la Rétine proposent d’accompagner le mash-up avec une matière textuelle qui en appelle aux images et motive la créativité. Il s’agit, en premier lieu, de permettre, à travers des images et du son d’offrir la représentation sensible d’un texte qui sera enrichi de l’imaginaire de chaque participant. Le poème multimédia est donc une création plastique qui entremêle l’expression d’un ressenti et les images du texte.


Rétine2
Chargés d’animation des ateliers Mash-Up : Sophie OBID et Benjamin COCQUENET.
Contact : lesateliersdelaretine@gmail.com.

%d blogueurs aiment cette page :